30.10.2007 - Distributeurs automatiques Selecta

Communication de la Municipalité
au Conseil communal


« Comme vous l’avez appris par les médias, dès mi-octobre, Selecta Suisse ne vendra plus de cigarettes dans ses distributeurs publics rouges. Par conséquent, SELECTA soutient activement les campagnes préventives contre le tabagisme des jeunes ».

Ceci est le premier paragraphe d’un courrier venant de Selecta et daté du 10 octobre 2007.

Chapeau bas Selecta. Défendre ainsi la santé de nos jeunes est remarquable.
Comment ? Une opération marketing ? Mais pas du tout, Selecta a toujours été très sensible au bien-être de nos enfants.

Par exemple, lorsque nous avons demandé à la firme en question en juin 2005 de supprimer les cigarette et le papier à rouler de leur automate, argumentant notamment que nous menions des campagnes dans les écoles, nous avons eu une fin de non-recevoir. On nous a même répondu, malheureusement par oral, qu’il y avait une plus grande marge sur les cigarettes que sur le chocolat…Mon commentaire personnel est qu’ils ont surement penser à la santé de nos jeunes. Penser un peu le chocolat, avec tout ce sucre, alors qu’il faut lutter contre l’embonpoint et l’obésité…

Dès janvier 2006, comme le prévoyait la loi, la vente de cigarette sans contrôle était interdite dans le canton de Vaud. Nous sommes donc revenu à la charge ; il nous a été répondu que la vente en automates publics était autorisée jusqu’à fin 2006. mais que dans une grande largesse et pour maintenir je cite « d’excellentes relations avec la commune », Selecta allait retirer les cigarettes de l’automate de la gare (mais pas de celui des Pléiades). À la suite de ce retrait, un petit panneau expliquait d’ailleurs clairement que c’était à cause de la Commune qu’il n’y avait plus de cigarettes en vente.

Au vu de ce qui précède vous comprendrez mieux mon coup de gueule à peine ironique lorsque nous avons découvert le courrier de SELECTA qui se positionne maintenant en grand défenseur de la croisade contre le tabagisme chez les jeunes.

Mais une petite clope va vite me détendre.

 

Bernard Degex
30.10.2007

 


Imprimer