28.06.2011 - Discours de fin de législature de M. Henri Mérinat, syndic

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Nous franchissons ce soir la ligne d'arrivée de l'étape quinquennale débutée le 1er juillet 2006.

Ce n'est pas sans une certaine émotion que je m'adresse à vous, pour la dernière fois, depuis cet endroit historique.

Si je devais résumer en deux mots les sentiments que j'éprouve, je dirais que l'étape fut dense et difficile.

- Dense, parce qu'il nous a été donné de réaliser l'essentiel d'un programme de législature bien étoffé.
- Difficile, parce que notre action, orientée principalement vers d'importants investissements au centre de la localité, a engendré des problèmes réguliers et constants qu'il a fallu résoudre.

Bien sûr, les travaux réalisés étaient nécessaires, au vu de l'important développement que connaît notre région, et en particulier notre commune qui a vu sa population augmenter d'environ 700 âmes en 5 ans pour atteindre bientôt 6'000 habitants.

Cette évolution n'est pas réversible et elle est aussi la conséquence des plans de zones établis dans les années 70.

L'attrait de notre région a aussi pour effet de rendre de moins en moins abordables les loyers pour les jeunes et les aînés.

22ème commune du canton par sa taille, Blonay peut être fière de ses équipements publics actuels et, de par sa situation, elle peut envisager l'avenir et la région qui se forme avec sérénité.

Souvent comparée au secteur privé, la commune est bel et bien une entreprise publique, avec ses structures et sa manière de fonctionner.

Pour cela, il n'est pas toujours facile de choisir les créneaux d'activités les plus rentables, mais au contraire il faut constamment prendre en compte des critères d'intérêt général, bien compris de l'ensemble des citoyens.

Dans le contexte actuel, nous nous éloignons des principes d'ETACOM et vivons bel et bien aujourd'hui un effritement des compétences et de l'autonomie communale.

De plus, la complexité des procédures administratives et des législations en vigueur s'accompagnent d'une tendance de plus en plus marquée du citoyen à faire valoir ses droits, tant est tenace sa méfiance envers les autorités.

Nonobstant cet état d'esprit général, les travaux de rapprochement avec la Municipalité de St-Légier-La Chiésaz vont se renforcer dans un avenir proche avec de nouvelles collaborations interservices propices à renforcer nos intérêts communs.

Aujourd'hui, après un périple de 30 ans au service de la collectivité de notre village, dont 18 à la Municipalité, il est temps de passer la main.

J'aimerais vous exprimer à tous ma reconnaissance et ma gratitude pour le cheminement parcouru, quelquefois "caillouteux", marquant une expérience unique dans ce coin de pays et pour ma commune.

J'aimerais ensuite aussi saluer mes collègues de la Municipalité pour leur dévouement durant toutes ces années et leur apport, certes chacun à sa manière, pour gérer notre communauté.

Un clin d'œil particulier à Sylviane Balsiger qui m'a accompagné durant mon passage à la Municipalité et qui a dû se résoudre à quitter cet organe, victime en l'occurrence du jeu impitoyable des urnes. Quoi que l'on pense ou que l'on dise, tu as toujours fidèlement, et avec application, servi ton village.

Pour les membres du Conseil communal qui vivent leur dernière séance ce soir, j'aimerais leur dire à tous la reconnaissance qui leur est due pour la part qu'ils ont prise à la gestion de nos affaires publiques, et pour certains depuis plusieurs législatures.

A ceux qui continuent et qui formeront le nouveau législatif, ainsi qu'à la nouvelle Municipalité, j'adresse tous mes vœux et ma confiance en l'avenir pour un travail dans la continuité et l'évolution mise en place, et surtout de la bonne humeur et du "fair play".

Henri Mérinat
Syndic
28.06.2011


Imprimer