13.12.2011 - Discours de fin d'année du Syndic

degex_bernard Discours de fin d'année du Syndic
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers,

Dimanche lorsque je me suis assis devant la page blanche, je me suis plongé dans mes pensées afin d'envisager comment j'allais rédiger une allocution à votre intention.

Pour m'aider un peu, j'ai mis un casque sur les oreilles, et écouté quelques bons tubes des années 70 et 80; j'ai tenté de mettre en évidence le message principal que je voulais faire passer. Il le faudrait intéressant, pas trop pompeux, surtout pas moralisateur.

Alors que j'écoutais Stevie Wonder et Paul Mc Cartney chanter "Ebony and Ivory", je me suis dit que je pourrais parler de la tolérance, de l'écoute et que cela pouvait très bien s'adapter aux relations que notre exécutif tient à mettre en place avec le Conseil communal et ses différentes commissions. Jusque là c'est pas mal du tout mais c'était pas gagné d'avance.

Puis le son se distord un peu, c'est le studio Motown, le fameux qui a lancé tant d'artistes noirs. C'est le tour de Jackson five avec "I'll be there". C'est un peu la Municipalité les "five" et "we'll be there". C'est vrai nous devons être à disposition de la population. Mais c'est peut-être prétentieux de dire ainsi être à disposition et de parler de nous.

Voilà que c'est maintenant Johnny qui a oublié de vivre. Ca, cela fait complainte et on a déjà donné lors du préavis 11/11! Je passe au morceau suivant.
C'est un bon disco, Imagination. Encore un morceau anglais "Just An Illusion". C'est un peu le rêve d'un budget 2012 équilibré. Juste une illusion, le temps de recevoir les acomptes de la péréquation et de la facture sociale.

ABBA enchaîne avec Money Money, les bienvenus. Je vois défiler les rentrées fiscales, les taxes sur les déchets, l'augmentation de l'eau, la taxe énergétique mais elle est brusquement arrêtée par Diana Ross accompagnée de la commission adhoc du préavis 4/11 et de la commission des finances en juste au corps à paillettes qui nous chante "Stop, In the name of love" pour que le préavis soit refusé.

Le Président du Conseil tranche et se lève un courrier en main, déguisé en Boris Vian, en chantant" Monsieur le Président, je vous fait une lettre, que vous lirez peut-être…", courrier qui concerne un PPA de l'Est de la commune.

Et c'est l'entrée du poète Nino Ferrer qui entonne "La maison près de la Fontaine…". Il veut surement parler du Kebab de Tercier et du préavis 5/11 qui n'a pas passé la rampe.
Puis c'est au tour de Cloclo d'entonner "Comme d'habitude", alors que le deuxième rang à droite du Président se lève pour déposer une interpellation.

Mais voici tout le Conseil debout sur les tables, mimant YMCA au son des Village People.
Les huissiers distribuent des confettis en lieu et place des bulletins de vote.
Hervé Villard rentre en scène pour clôturer la séance en chantant "Mardi, c'est fini"...

C'est sur la chanson "SOS d'un terrien en détresse" que Daniel Balavoine me réveille. Je relève la tête, des crampes dans la nuque, les lettres "Q W E R T Z" gravée sur le front. Je m'étais endormi. J'ai sans doute trop abusé du foie gras et du vin doux au marché de Noël.

Et je n'ai toujours pas de message fort pour mon discours au Conseil communal.

Et si je leur souhaitais tout simplement de joyeuses Fêtes de Noël en famille et d'ores et déjà une heureuse nouvelle année?

Merci de votre attention.
 
Bernard Degex
Syndic
13.12.2011

 


Imprimer