BDE portrait

Communication au Conseil communal

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Suite aux décisions du Grand-Conseil du 31 janvier 2017 concernant la nouvelle LAJE (Loi d’accueil de jour des enfants), le texte précise que concernant l’accueil parascolaire, à l’article 6a, il est constitué un établissement intercommunal de droit public autonome, qui s’appelle l’EIAP, avec un représentant politique par district, qui est en charge d’établir un nouveau cadre de référence pour l’accueil parascolaire. Ce nouveau cadre a été présenté le 13 septembre dernier, dans sa version définitive.

 

Son entrée en vigueur est prévue pour le 1er janvier 2019. Ce cadre est plus large que les directives actuelles, notamment en ce qui concerne les taux d’encadrement.

La Municipalité soutient ce nouveau cadre pour des raisons financières évidentes, alors que notamment les professionnels et les associations de parents craignent pour la qualité et la santé de leur personnel. Ce cadre de référence concerne le parascolaire et donc pas du tout les crèches-garderies. Il est tout de même bon de préciser que notre réseau de Blonay-St-Légier est au bénéfice d’un projet pilote depuis 4 ans, qui ressemble sur de nombreux points aux propositions de l’EIAP.

 

Autre élément : une convention collective cantonale de travail (CCCT) de la petite enfance a été signée le 8 mars dernier entre les représentants des employeurs et ceux des employés. La FAJE (Fondation pour l’Accueil de Jour de Enfants) soutient la signature de ladite CCCT par un versement de CHF 5'000.- par structure qui y adhérerait à cette CCCT, et ce pendant 3 années consécutives.

 

Si les éléments ci-dessus démontraient que leurs conditions, au sens large, permettaient une diminution des charges, pouvant bénéficier à la fois aux parents d’une part, et aux communes et entreprises qui participent au déficit du réseau d’autre part, la Municipalité désire :

  1. que le cadre de référence e l'EIAP soit mis en place dans toutes nos structures parascolaires actuelles et futures
  2. que la CCCT soit signée par notre Fondation et que la grille tarifaire de la FASE qui l'accompagne soit appliquée.
La Municipalité tient encore à rappeler que la convention qui lie les partenaires - les Municipalités et l’entreprise Nestlé d’un côté et la Fondation de l’autre - précise bien que les budgets doivent être acceptés par les Municipalités. Partant de ce constat, les décisions finales qui pourraient être prises au Conseil de Fondation pourraient provoquer de réels débats entre les partenaires, concernant les grilles tarifaires et les budgets de notre réseau.  

 

 

 

 

 

 

 

Bernard Degex
Municipal
29.10.2018

 

 
%MCEPASTEBIN%
DMA portrait

Communication au Conseil communal

Monsieur le Président,
Mesdames les Conseillères, Messieurs les Conseillers,

Le nouveau plan de prévoyance de la Caisse intercommunale de pensions entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Le but de ce changement est de garantir la pérennité d'un plan de prévoyance basé sur la primauté des prestations.

Actuellement, le taux de cotisation de l'employeur s'élève à 16%, ce à quoi, il y a lieu d'ajouter un supplément de recapitalisation de 3% jusqu'en 2030. Le collaborateur, quant à lui prend à sa charge un taux de 8%. 

Dans sa séance du 18 septembre 2018, la Municipalité a décidé de choisir, parmi les trois modèles possibles, le modèle n° 1 afin de garder notamment une certaine cohérence avec les mesures prises par la plupart des communes qui nous entourent, dont St-Légier-La Chiésaz. Ce modèle fixe le taux à 9% (dès 2019), 9.5% (dès 2020) et 10% (dès 2022) pour l'employé. Le taux pour l'employeur est quant à lui pérennisé à 19%.

 

Dominique Martin
Syndic
29 octobre 2018
%MCEPASTEBIN%
CSC portrait

Communication au Conseil communal

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,

 

Suite aux communications des 27 février et 27 mars 2018 sur les dépenses extraordinaires relatives aux travaux du chalet de Mouce, la Municipalité vous informe que le coût de ces travaux s'élève à CHF 49'230,25. Pour rappel ils avaient été devisés à CHF 53'500,00.  

Christophe Schniter
Municipal
29.10.2018

 

 
CSC portrait

Communication au Conseil communal

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Suite à la communication du 26 juin 2018 sur un risque d’éboulement dans le secteur du Bois Dévin, la Municipalité vous informe que plusieurs rochers ont été minés pour sécuriser le site.

Une visite locale a eu lieu avec les services du canton. Suite à cela, un rapport d'analyse a été effectué par la Direction générale de l'environnement sur l'exposition du quartier des Chevalleyres au danger de chutes de pierre, ceci en rapport avec l'entretien de la forêt de protection.
 
Dans ses conclusions de ce rapport, il est relevé que :

  • les propagations n'atteignent pas les habitations et restent cantonnées à la forêt
  • il y a lieu d'éviter les dessertes dans le sens de la pente qui créent des "trouées", même de quelques mètres, dans lesquels les blocs ne trouveront pas d'obstacles lors de leur chute
  • pendant tout la durée de la coupe d'arbres, il y a lieu de positionner des troncs abattus dans la pente, et perpendiculairement à celle-ci, pour faire obstacle aux éventuels blocs. 

 

Christophe Schniter
Municipal
29.10.2018